Pinces


Quand je vous ai dit, lors de notre conversation de ce jour, que je n'avais qu'une envie : me masturber en me pinçant les seins, je ne m'attendais pas à ce que vous me donniez l'autorisation de le faire. Je pensais, au contraire, que vous me demanderiez de ne surtout pas me satisfaire, de tout garder pour me laisser à l'agonie.

Bien sûr, les choses ne pouvaient pas être si simples.

J'ai donc suivi vos instructions à la lettre, ou presque. Je n'étais pas seule à la maison aujourd'hui. Et surtout mon bureau donne sur la rue, j'ai préféré m'isoler dans la salle de bain.

J'ai déboutonné mon pantalon et l'ai baissé. Je me suis mise à genoux sur le tapis, j'ai relevé mon haut et sorti mes seins du soutien-gorge sans le défaire. La chose qui m'excitait le plus et dont je n'avais pas fait mention, c'était d'essayer ces nouvelles pinces japonaises que j'ai reçues aujourd'hui. J'en avais déjà testé une rapidement le matin même, elles font vraiment mal, plus que celles auxquelles je suis habituée. Tellement mal que je ne sais même pas si j'oserai vous les apporter un jour.

Là, sous le feu de mon excitation, j'ai mis les deux en place sur mes tétons, en serrant les dents, et j'ai repensé à vos ordres. J'ai posé ma joue sur le tapis et j'ai levé mon cul en l'air, en écartant les cuisses pour m'offrir à ces inconnus dont vous vouliez que je peuple mon imaginaire.

J'ai fermé les yeux et j'ai alors senti leurs regards sur ma chatte luisante, sur mon cul sans défense. J'ai senti la testostérone et leur envie de me baiser à tour de rôle. J'ai ondulé les hanches pour les appâter dans l'espoir de me sentir pleine de leurs queues. J'ai alors tiré sur les pinces pour qu'elles se resserrent, et j'ai mouillé encore plus. En ouvrant les yeux, j'ai vu le fil qui pendait entre mes cuisses. Et à nouveau, j'ai imaginé ces regards sur moi, ces doigts qui auraient pu venir glisser sans ménagement dans ma chatte. C'est à ce moment que j'y ai mis les miens, deux d'un coup, j'aurais sans doute pu en mettre plus, et j'ai frotté mon clitoris de plus belle avec l'autre main. Quand j'ai porté ma mouille à mes lèvres, ce ne sont pas mes doigts que j'ai imaginés, mais les vôtres allant et venant de ma chatte à ma bouche et me demandant de lécher consciencieusement le liquide visqueux et légèrement salé à chaque aller-retour. J'ai encore tiré sur les pinces, et frotté mon clitoris de plus belle. D'un seul coup, j'ai senti le plaisir monter, monter. Et votre regard ne me quittait pas un instant. Ce plaisir, vous n'alliez pas en rater une miette, il était pour vous. Et j'ai joui dans un long gémissement étouffé pour qu'on ne m'entende pas dans la maison. C'était tellement bon mais tellement frustrant que j'espère rapidement me retrouver seule pour recommencer, ou avec vous pour vous offrir le spectacle de ma chatte se contractant au rythme de l'orgasme mêlé de douleur que j'ai eu aujourd'hui.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire