Sapio quoi ?



J'ai failli m'étouffer avec mon thé en lisant cet article ce matin. Maïa s'était déjà attardée sur ce mot sur GQ l'année dernière, mais là, elle va beaucoup plus loin. La charge est sévère. Apparemment et pour résumer, être sapiosexuel (sapio = savoir en bas latin), c'est être snob, psychorigide et donneur de leçon en matière de sexe. Super ! Merci !

Faut-il donc s'excuser maintenant d'avoir un peu de culture, d'aimer échanger avec les gens entre la poire et le cunni et d'apprécier repartir d'un rendez-vous avec un orgasme sous un bras et quelques connaissances en plus sous l'autre ? Désolée encore de ne pas me satisfaire d'un résumé des derniers épisodes des Ch'tis à Pétaouchnok-les-Bains, ne pas avoir dévoré le dernier numéro de L'Équipe et d'espérer que mon partenaire du jour saura exprimer ses envies d'une manière un peu plus élaborée que : "je peu passé des heure a te lécher" et "tu aime les grosses keu bien dur ?" Alors, oui, je suis snob, j'aime le bon français et les efforts sur la grammaire. D'ailleurs, je prends mon pied en lisant Bescherelle ta mère et aussi quand une personne me contacte avec un premier message qui se dénote de la banalité ambiante. Je pars aussi du principe, un peu bête sans doute, que quelqu'un qui sait s'exprimer et a un bulbe bien habité sera plus à même de rebondir sur mes allusions coquines dissimulées derrière un bon mot au 15e degré, faisant de nos échanges une source de plaisir intellectuel pour moi. Ce n'est quand même pas de ma faute si mon cerveau est câblé bizarrement et qu'il faut séduire mon esprit avant que je regarde si le corps me plait aussi. Donc oui, au test de sapiosexuaptitude, j'ai 80/100. Et j'en profite pour repiquer cette petite chose qui m'a amusée et que j'ai complétée entre les lignes :

1. Au collège, vous aimiez en secret la bête du cours de latin-grec.
Non, mais il était premier en maths.
2. Au lycée, vous aimiez en secret votre jeune et fringuant prof de philo.
Plutôt le prof d'allemand.
3. Ses fautes d'orthographe vous font hurler.
Je sais faire abstraction quand il faut.
4. Vous avez fait un rêve érotique avec Frank Underwood.
Non, mais j'aime Kevin Spacey depuis qu'il cite Baudelaire.
5. Et un autre avec Tyrion Lannister.
C'est le meilleur personnage des livres, comment ne pas l'aimer et l'admirer !?
6. Vous avez eu une relation avec une personne plus âgée.
Je n'ai que des relations avec des personnes plus âgées, c'est devenu un critère en attendant de devenir cougar dans 10 ans.
7. Vous ne répondez plus de rien face aux lecteurs du métro.
Non, ça m'amuse de regarder ce qu'ils lisent, au contraire.
8. Vous aimez les types à lunettes.
Forcément, ils sont plus vieux que moi, ils sont au moins presbytes.
9. Vous aimez qu'on vous fasse une cour textoïque assidue.
Pire que ça, j'aime écrire des textes cochons et qu'on m'en écrive. La preuve ici même.
10. Dans votre liste d'ex figurent : un agrégé, un chanteur à texte, un journaliste, un type dont vous n'avez jamais vraiment compris le job mais qui avait des lunettes en écaille.
J'ai surtout une collection d'ingénieurs dans mes ex. Mes actuels sont beaucoup plus variés.

Pour revenir à Maïa et extraire un bout de sa caricature  :
Ce faisant, ils tentent de propager l’idée que le sexe est meilleur quand il est purement cérébral, et le désir, plus légitime quand il se porte sur la collection de livres anciens. Vous reconnaîtrez ces parangons du snobisme à leurs perles de sagesse préférées, qui ressemblent à ces petites phrases d’inspiration « philosophique » qui broutent partout sur Internet. 
Justement, j'ai la citation parfaite sous le coude :
Je suis un intellectuel. Ça m'agace qu'on fasse de ce mot une insulte : les gens ont l'air de croire que le vide de leur cerveau leur meuble les couilles."
Simone de Beauvoir - 1908-1986 - Les Mandarins - 1954
Puis bon, je préfère être attirée par un cerveau que par un portefeuille, ça fait moins pute quand même.


PS : Faut-il rappeler que dans ce petit monde, personne ne force personne à rien, que les gens ont le droit de réfléchir à ce qu'ils veulent et le dire, que ce que j'aime peut ne pas leur plaire et vice-versa ? Je ne juge pas les gens qui aiment le scato, alors qu'on ne me juge pas parce que j'aime la cervelle. Et puis, qui se ressemble s'assemble d'abord, c'est bien connu. 

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire