Lu ailleurs #5


  • Accros au "Chemsex", le sexe sous drogue : Je m'interrogeais sur l'avenir du sexe chez la jeune génération qui veut tout expérimenter "là maintenant tout de suite parce qu'on n'a qu'une vie !" avant d'avoir 30 ans. Il serait dommage que, ne trouvant plus rien de nouveau à faire, elle s'oriente vers cette pratique pour tromper l'ennui ou parce que "ma motivation première, c’était d’expérimenter le lâcher prise parce que j’ai eu une éducation assez stricte. Ensuite, c’était de partager le plaisir" et d'en arriver à "je n’arrive plus à avoir un rapport sexuel normal". 

  • Bondage, sadomasochisme, domination, soumission: est-ce dangereux ?
    Enfin, c'est la conscience de soi, la communication et les règles qui permettent à la plupart des adeptes du BDSM de le pratiquer sans se mettre en danger – psychologiquement ou physiquement. Comme l'explique l'étude néerlandaise, le fait d'être conscient de « son identité et de ses désirs sexuels » et avoir la capacité « d'en informer ses partenaires sexuel de façon explicite et adéquate renforcent le bien-être subjectif. Le BDSM ne peut être pratiqué sans le consentement explicite des partenaires quant aux types d'actions à réaliser, à leur durée et à leur intensité ; chaque partenaire doit donc avoir une connaissance approfondie de ses désirs et doit pouvoir les expliquer avec clarté. Ce qui pourrait expliquer le lien existant entre pratique du BDSM et bien-être subjectif ». La communauté y contribue, elle aussi : selon l'étude finlandaise, « le bien-être social semble être associé au degré d'intégration dans les sous-cultures sadomasochistes ».
    Cette description est celle de la situation idéale, qui est d'ailleurs la façon dont je pratique. Mais je vois quand même passer des profils de personnes qui ne font pas ça pour les bonnes raisons, dans un sens comme dans l'autre, ce qui n'est pas très rassurant et assez triste. C'est censé être une source de bien-être, pas une outil d'auto-destruction ou d'annihilation...

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire