Circonvolutions

http://loesje.org/

Acte I

LUI : Bonsoir belle Elle. Ça va ? Tu es très séduisante, magnifique silhouette ! Trop chou ! Très envie de parcourir ton corps avec douceur et sensualité, te lécher tendrement jusqu'à te faire crier de jouissance (avec ou sans pénétration) ! Peut-être envie de douceur ou d'un trio FFH ?

ELLE : Tout un programme. Mais "chou" ? Moi ? Il a vraiment regardé mes photos ?
Bonjour Lui,
merci pour tous ces beaux compliments, même si "trop chou" me laisse un peu perplexe. Un trio FFH d'entrée de jeu ? D'habitude ce sont des femmes "seules" qui viennent me chercher avec leur copain pas loin. C'est rarement un homme seul dont la copine ou la femme reste dans l'ombre.

LUI : Je trouve vraiment ta silhouette magnifique, trop chou donc !
Autrement, nous pouvons trouver une autre femme si tu le souhaites !
Dis, on ouvre nos albums ?

ELLE : Non, vraiment, il n'y a rien de chou dans ma silhouette. Il a besoin soit d'un dico, soit de lunettes. Et si trouver une femme était si simple, j'en aurais profité depuis longtemps avec mes réguliers.
Ah, donc tu n'as pas déjà la partenaire sous la main...

LUI : Pas dans ton département ! (rires)
Dis, on ouvre nos albums ?

ELLE : Quelle insistance !
Que penses-tu y trouver ?

LUI : Ton visage, non ?

ELLE : Raté. 
Non, il n'y est pas, justement. Tu ne sauras pas si je suis une crevette. 

LUI : Pourrais-tu te décrire ?
Tu cherches aussi homme bi ?

ELLE : Mais c'est quoi le rapport avec la choucroute ? 
3x ans, cheveux rouges, xx kg, 1,6x m.
Dans la mesure où je suis une femme, je ne vois pas en quoi la bisexualité de l'homme a un intérêt quelconque.

LUI : Cela pourrait être excitant, non ?
Avec ta silhouette de rêve, c'est difficile de trouver une femme ?
XX te plait-elle ?
J'imagine tes formes, douces, 75A 38 pantalon, non ?

ELLE : Eula, c'est l'inquisition ? Reprenons les choses dans l'ordre.
- je ne vois toujours pas en quoi la bisexualité de l'homme a un impact sur une relation hétéro en duo.
- je ne cherche pas de femme seule pour un FF, sinon effectivement j'aurais trouvé.
- Euh, non...
- 75A !? dans quel pays ? Vraiment, il lui faut des lunettes. Ils sont pas gros mais quand même.

LUI : Aucun impact pour un duo, certes ! Mais peut-être aimerais-tu deux hommes pour toi ?
(rires) Pour la taille de soutien-gorge !
Tu sais ce n'est pas facile avec une photo de se faire une idée des jolies formes que tu as même si tu sembles délicieuse !
M'en dirais-tu davantage ?
Et ton type de femme ?
(rires)
Sinon tu caches quoi dans ton album ?

ELLE : Au moins, il est joyeux, il rit tout le temps. Par contre, il semble déjà avoir oublié qu'il a fait l'éloge de mes formes il y a quelques minutes.
J'ai déjà eu deux hommes pour moi.
J'ai bien compris que c'était la taille du soutien-gorge, mais on en est loin.
Pas de type en particulier.

LUI : Deux hommes hétéros ? bi ?
Leur sexualité n'a aucune importance pour toi ?
Sinon quelles sont tes mensurations, enfin si tu les connais ?

ELLE : Mazette, j'espère que ma vitesse de réponse n'est pas chronométrée en plus...
Je dois avoir l'esprit ouvert.
Visiblement le physique est très très important à tes yeux. 

LUI : Important, mais cela ne fait pas tout !
Tu as probablement raison, je m'arrête un peu trop sur cela, j'en suis désolé. Tu préférerais me parler de toi ?

ELLE : Ah, enfin, on arrête de parler de mon album privé.
Tu as eu l'occasion de faire beaucoup de rencontres grâce au site (celui-ci ou un autre d'ailleurs) ?

LUI : Oui et non, ici pas trop et toi ?

ELLE : C'est le moment de laisser un indice.
Suffisamment à mon goût. Je ne suis pas une grosse consommatrice.

LUI : Ah tu préfères la qualité !
Tu as une photo de ton visage dans ton album ?

ELLE : Mais c'est pas possible, ils sont plusieurs derrière l'écran, c'est ça ?!
Non, toujours pas.

LUI : Sinon, envie d'un trio ?
Et tes formes : 90B 38 ?

ELLE : Marcel Béliveau, sors de ce corps !
Oui, mais j'ai déjà des amis pour ça en fait.
Bravo, tu as le compas dans l'œil. Ce qui explique certaines choses en fait.

LUI : Pour trio FFH ? HHF ?

ELLE : Indice suivant.
Les deux.

LUI : Donc on se rencontrerait juste toi et moi ?

ELLE : Nous y voilà enfin ! 
Se rencontrer ?

LUI : Oui ? Non ?

ELLE : Il aurait été judicieux de me demander ce que je recherchais plus tôt peut-être...

LUI : Je pense l'avoir fait ! Alors que recherches-tu ?

ELLE Alléluia. THE question.
Tu reliras attentivement la conversation... et mon annonce aussi.
J'ai sous-entendu à plusieurs reprises que j'avais déjà quelques réguliers avec qui jouer à deux et éventuellement à trois. Et comme je ne suis pas une grosse consommatrice, je suis satisfaite. 

LUI : Bizarre, c'est toujours le même refrain !

ELLE : Pas bizarre, normal. Beaucoup trop d'hommes pour pas assez de femmes. Mécaniquement, ça ne peut que coincer à un moment. Je pense qu'il est temps de te remercier d'avoir pris le temps de discuter en tout cas. Oui, je suis vilaine, je voulais savoir quand tu allais te rendre compte que tu avais mal lu mon annonce.

Acte II

Quelques jours plus tard.

LUI : Bonsoir belle ange, ça va ? C'est toi sur toutes les photos ?

ELLE : Mais ! C'est La Quatrième dimension ? C'est ça ?
Oui, c'est bien moi.

LUI : Hummm, tu as un corps de rêve !!

ELLE : J'ai raté un truc ? Ah non, c'est lui visiblement.
Et il est déjà bien pris. Et j'assume totalement le jeu de mots.

LUI : (rires)
J'imagine ! Je n'en laisserais pas une miette si je pouvais !

ELLE : Mais tu ne peux pas, lalala.

Fin
Lire la suite

Première fessée



Je pense avoir assez montré, enfin, qu'une bonne partie du charme de la fessée, mais aussi de son efficacité, réside dans son attente même. Passé un certain désir, lui-même encore assez obscur, d'indécision et de vague de la toute première jeunesse, on sait très bien, en effet, que c'est ce que l'on attend, non ce que l'on n'attend pas, le prévu, non l'imprévisible, qui s'auréolent pour le cœur et pour l'esprit des prestiges les plus éclatants de l'étonnement et de l'impatience. La nouveauté est pour les sots, les oublieux, les étourdis et les irréfléchis. 
Éloge de la fessée de Jacques Serguine 



Tu m'as confié ne pas trop savoir comment t'y prendre, que de garder un contact quasi permanent avec moi, avec ma peau avait énormément d'importance pour toi. C'est pour ça que je t'ai répondu que la fessée à main nue te correspondrait mieux que la canne ou la ceinture. 

Imagine. 

J'arrive chez toi. Je frappe à ta porte. Tu me fais entrer. Je baisse les yeux. Je ne porte pas de petite culotte sous ma jupe noire, comme tu me l'as demandé. Là, aucun faux pas de ma part. Sache juste que plus tu multiplieras les demandes, plus il y aura des chances que j'en oublie une ou deux, et peut-être même pas volontairement. Tu verras, je fais toujours en sorte de faire ce qu'on me dit ; il te faudra ruser un peu. Là, par exemple, je suis en avance de deux petites minutes sur l'horaire indiqué, et c'est une raison suffisante. 

Une raison suffisante que tu saisis au vol pour me demander d'aller au coin. Chose qui m'amuse un peu, je dois dire. Tu es le premier à le faire. Et je doute que ça ait un jour l'effet escompté. C'est le meilleur moyen pour que je reprenne pied et que je m'évade loin dans mes pensées hors du moment pour passer le temps. Mais tu te rattrapes vite et me voilà tout aussi vite en porte-jarretelles et bas au milieu de ton salon. Note bien que je n'ai pas trainé pour enlever mes vêtements quand tu me l'as demandé. On n'est jamais trop prudente.

Tu tournes autour de moi maintenant, tu prends le temps de savourer le spectacle. Tu te fais un peu plus prédateur et ça a son petit effet sur moi. Mais tu n'as pas encore tout à fait la main sur mon esprit, alors je ne peux m'empêcher de laisser flotter un léger sourire sur mes lèvres.

— Qu'est-ce qui te fait sourire ?

Oups ! Vite une réponse ! Mince, je ne trouve pas. Pas une réponse diplomatiquement acceptable en tout cas. Zut, zut, zut, je n'arrive pas à arrêter de sourire en plus.

— Réponds. Qu'est-ce qui te fait sourire ?

Ta main qui vient de s'emparer de ma nuque est très ferme, mais moins que tes deux doigts qui viennent de crocheter ma chatte pour me tirer en direction du canapé. Avant de t'asseoir, tu prends le temps de me faire savourer ma mouille et de m'en tartiner les lèvres et le menton. De toute évidence, tu ne t'y prends pas si mal que ça. Là, je ne souris plus du tout.

— Offre-moi tes fesses, petite salope.

Ces mots dans ta bouche. Si inédits, si efficaces. Je n'attends pas pour m'installer en travers de tes cuisses, les fesses bien en l'air.

— Et maintenant : Silence !

Il ne me viendrait même pas à l'idée de parler ; tu me voulais attentive, je le suis. Mieux encore, je sens que tout mon être s'est réduit à mon postérieur et à ta main qui caresse doucement ma peau. Je la sens chaude et un peu sèche ; elle accroche sur ma peau lisse et fraîche. J'ai conscience de ta deuxième main qui est venue s'arrimer sur ma hanche pour me maintenir en place. J'aime cette position, je me sens bien prise en main. Je me laisse aller.

Ta main continue sa promenade sur mes rondeurs cerclées par les suspensions noires du porte-jarretelles, elle prend son temps, comme si elle mémorisait plein de détails avant que les choses ne changent. Un doigt se glisse même dans le sillon entre mes fesses et s'attarde dans cet espace chaud et épilé de frais. Il goûte un peu de la moiteur entre mes lèvres aussi. Chercherais-tu à mesurer l'effet que tu vas voir sur moi ? Avant/après : de l'influence d'une bonne fessée sur l'hygrométrie locale au printemps ?

Ta main décolle enfin, mais tu te contentes de tapoter une fesse puis l'autre. Pour t'encourager, je me cambre un peu et je viens à la rencontre de ta main. Je sens celle sur ma hanche se raffermir, et le rythme sur mes fesses prendre de la vitesse et de la force. Un, deux, un, deux, un, deux. Tu as choisi une méthode très progressive, mais la progression est rapide. Pour moi, c'est assez confortable, je dois dire. Je trouve même ça très délicat de ta part. J'attends le moment où ta curiosité te fera arrêter ton ballet répétitif pour prendre le temps de sentir la chaleur envahir la surface et observer l'apparition de la timide rougeur. La douleur est encore tellement modérée et je peux supporter tellement plus.

— Encore, s'il te plaît.

Il faut parfois savoir tendre le bâton pour se faire battre. Il n'en fallait pas plus.

— C'est ça que tu veux, petite salope ?

Cette fois les claques pleuvent et ne sont pas retenues. Ma réaction est immédiate, mon corps se tend et mes mains empoignent ce qu'elles peuvent : l'air d'un côté et le bas de ton pantalon de l'autre. Les coups s'arrêtent juste le temps que tu pétrisses furieusement ma chair. Là, ça fait mal, là, ça pique, là, ça cuit. Et tu reprends dès que tu sens les muscles se relâcher. J'essaye bien d'échapper à ton étreinte, mais je suis coincée au niveau des hanches. J'amorce alors un mouvement pour interposer une main hésitante au-dessus de mes fesses, mais la tentative est vite sanctionnée.

— Tu crois faire quoi là exactement ?!

Alors, je retourne m'accrocher à ton bas de pantalon et je serre les dents, jusqu'à ce que je ne puisse plus et que mon souffle se mêle à mes gémissements de douleur. J'ai envie de dire "stop, arrête", mais comme d'habitude, je rechigne intérieurement. Ce serait capituler, et je veux te montrer à quel point je suis endurante. Je veux que ça me cuise et que je sache que ce sont tes attentions qui en sont la cause. Je veux pouvoir penser à toi en prenant ma douche, en m'asseyant, en m'habillant. Ces sensations résiduelles ne pourront jamais durer assez longtemps, je récupère vite, mais ça sera là, dans ma chair quelques heures, peut-être plus.

Tu ne peux pas savoir tout ce qui se passe dans ma tête à ce moment-là, mais tu sembles vouloir savoir si ton étude hygrométrique se passe bien. Tes doigts se sont à nouveau glissés entre mes cuisses, et je sens bien qu'ils dérapent avant de trouver leur cible.

— Eh bien, quel effet je te fais !

Eh oui, je suis comme ça.

Ta main sur ma hanche a relâché sa pression, je suis de toute façon un peu amorphe. Rien d'anormal, il me faudra quelques minutes pour revenir. Tu m'aides à me redresser et t'assures de ma stabilité. J'imagine que tu scrutes mon visage aussi, à la recherche d'un signe, quel qu'il soit. Ce que tu y vois doit te rassurer, car tu me fais pivoter sur moi-même et, toujours assis, tu te plonges dans la contemplation de ton travail. Je sens ton souffle frais, tes lèvres, tes dizaines de baisers, ta joue mal rasée se frotter. J'aime bien ce moment, c'est doux, même si ça pique, mais j'aimerais bien un câlin maintenant, pour me réveiller en douceur dans tes bras. Ce dont tu sembles avoir envie aussi. Tu me fais asseoir sur tes cuisses et tu m'autorises à me lover contre toi. Si tu savais comme ça me cuit. Mais qu'est-ce que je me sens bien aussi.

— Merci.
— Je t'aime.
Lire la suite

Un regard sur la fidélité


Je m'étais déjà attardée indirectement sur le sujet à travers le prisme des hommes infidèles sur les sites de rencontres libertins. Comme je le disais dans mon texte à l'époque, le jugement porté par certains sur l'infidélité est assez catégorique et sans aucune nuance. Un homme en couple qui est inscrit pour aller s'encanailler est forcément le dernier des salauds et il faudrait voir à ne pas trop l'encourager à tromper sa femme. Le couple illégitime est aussi assez mal vu. Par contre, la femme seule, on s'en fiche, il y en a trop peu pour se permettre de faire la fine bouche. En tout cas, rares sont ceux qui s'embarrassent de savoir si, parfois, il n'y aurait pas des arrangements entre deux personnes qui s'accorderaient sur la non-exclusivité sexuelle au sein de leur couple. Alors que, paradoxalement, il y a pourtant beaucoup de couples échangistes dans les environs pour prouver que c'est possible...

À la question : est-ce que coucher avec quelqu'un d'autre que sa moitié officielle et en son absence, c'est être infidèle ?, la réponse semble donc être positive (surtout si on est un homme seul). Ce que vient appuyer le résultat d'un sondage un peu plus général sur les gestes considérés comme de l'infidélité publié par le Huffington Post :
Relations sexuelles : 97,7
Sexe oral : 96,8
S'embrasser sur la bouche : 88,7
Envoyer un e-mail de soi-même nu : 88,2
Envoyer des textos érotiques : 82,6
Dormir dans le même lit : 68,4
Se donner la main : 63,2
S'asseoir sur les genoux, d'un ou d'une autre : 52,2
Sortir dîner : 41,4
Partager des secrets : 36,5
Se faire un câlin pendant plus de 10 secondes : 34,5
Là, autant dire qu'aux yeux du monde, je suis foutue. Mon couple est foutu. C'est l'Enfer direct pour tous les deux. Bazar, même quand je n'étais pas libertine, j'allais dîner avec des potes en tête-à-tête, je vais au ciné avec d'autres en tout bien tout honneur, et, ça, c'est déjà tromper selon certains ! Foutue de chez foutue, je vous dis. Sans parler qu'avec mon hétéroflexibilité, je pense qu'il faudrait aussi se méfier de mes sorties avec mes amiEs.

Donc, je suis visiblement très infidèle.

Sauf qu'en fait, non. C'est un sujet qui a donné lieu à une discussion avec mon partenaire de vie et nous sommes d'accord là-dessus : je ne lui suis pas infidèle. Dingue ! Je couche avec d'autres hommes et femmes et pourtant je ne suis pas infidèle. Comment se fait-ce ? Parce que la fidélité n'est pas toujours une histoire de sexe, mais aussi une histoire de foi et d'engagement peut-être...



Quelque part à la 47e minute du documentaire de Serge Moati intitulé Mes questions sur l'infidélité, Tim parle de sa notion de fidélité :
À mon sens, la grande fidélité consiste à ne pas humilier l'autre. C'est à dire toujours faire attention que l'autre ne soit pas dans une situation où il est démis de son rôle en fait. Maintenant, il n'a jamais été posé clairement qu'il devrait y avoir une fidélité sexuelle. Et quand on s'est rencontrés, ce qui a été évident, c'est qu'on resterait ensemble.
C'est un peu brouillon, mais je me suis retrouvée dans ses mots. Sa notion de fidélité, c'est avant tout du respect pour l'autre et pour cette chose qu'ils construisent à deux. Deux "je" qui n'oublient jamais qu'il y a un "nous" construit, un "nous" engagement, même quand il y en a un qui va voir ailleurs quelques heures. Une notion qui se retrouve dans cet extrait de la série The Affair où le personnage principal masculin est interrogé sur la question de l'amour :

I wanna know if you believe that love can last?

I believe love is a kind of faith. And when two people both believe, something very powerful happens. I mean, look at it this way. If you and I are in love, and I trust you enough to lean in towards you, and you trust me enough to lean in towards me, then we meet in the middle. It's a kind of triangle. And we're holding each other up. And it's very very strong. It's unbreakable. But if I disappear, then you can't hold our house up alone. You're kind of falling through open air. Love can't work without the trust, without the faith. That's why people say when somebody cheats, that he was unfaithful. Think about that word for a moment. It's not about the sex, kids.
The Affair 2x08.
Je voudrais savoir si vous croyez que l'amour peut durer ?
Je crois que l'amour est une forme de foi. Et quand deux personnes y croient, quelque chose de très fort se produit. Je veux dire, voyez ça ainsi : si vous et moi sommes amoureux, et que je vous fais assez confiance pour m'incliner vers vous, et que vous me faites assez confiance pour vous incliner vers moi, alors nous nous rejoignons. C'est une sorte de triangle. Et nous nous reposons l'un sur l'autre. Et c'est très solide. C'est indestructible. Mais si je disparais, vous ne pouvez plus maintenir notre toit toute seule. Vous vous effondrez. L'amour ne peut fonctionner sans confiance, sans foi. C'est pourquoi on dit d'une personne qui en trompe une autre qu'elle est infidèle. Réfléchissez à ce mot un instant. Il n'est pas question de sexe ici, les enfants.
(Traduction maison)
Quelques définitions extraites du Littré, à tout hasard : 
Fidélité : Qualité de celui qui est fidèle, attaché à ses devoirs, à ses engagements.
Foi : Fidélité, exactitude à remplir ses engagements. Fides (lat.)
Infidèle : Qui n'est pas fidèle, qui ne remplit point ses devoirs, ses engagements.
Tout repose donc sur des engagements et une volonté d'y être fidèle. Des engagements qui sont propres aux deux personnes en présence... ou, tout du moins, qui devraient l'être.

En ce qui me concerne, je ne me considère pas comme infidèle vis-à-vis de mon partenaire de vie dans le sens où je ne suis pas démissionnaire dans mon couple, j'aime d'autres hommes, je donne mon corps à d'autres hommes ou femmes, mais je n'ai pas perdu la foi en mon couple, je continue à penser qu'on s'est très bien trouvés. Ça reste ma relation primaire. On vit sous le même toit.

Bien sûr, ça ne se fait pas du jour au lendemain. Ça demande beaucoup de temps, de discussions, d'écoute et d'efforts pour (re)définir et personnaliser ces engagements dans le cadre d'un couple ouvert. Le gros hic, c'est qu'on est une minorité assez invisible à voir les choses comme ça et à désacraliser l'acte sexuel (désacraliser, attention, pas banaliser) au passage. Il y a plein de raisons qui justifient aujourd'hui l'importance donnée à la fidélité sexuelle, au rang desquelles des choses aussi diverses que des traditions qu'on ne remet pas en cause, des croyances religieuses, la possessivité, la jalousie (sur laquelle je reviendrai bientôt), des insécurités personnelles, le manque de confiance, la peur du jugement des autres, etc. La grosse majorité continue donc de défendre mordicus d'autres valeurs (souvent issues d'archaïsmes religieux qui perdurent sans raisons valables) et ne se montre plus souple que quand ça l'arrange ; elle préfère se raccrocher à ce qui la rassure et pointer du doigt les moutons noirs qui grattent un peu trop là où ça démange. Les unes des canards à potins sont un bon indicateur de la non-évolution des mentalités selon moi. Autant dire qu'on n'est pas sortis de l'auberge.

Mais bon, on va dire que tant qu'il y a de la vie de l'utopie, y a de l'espoir... J'ai fait un rêve, les gens se mettaient à cultiver leur jardin...



Pour revenir à mon image d'accroche, et, ce, bien que je n'aie pas de compte sur Gleeden. Je suis non seulement fidèle aux engagements pris dans le cadre de mon couple, mais je le suis aussi dans certaines de mes relations secondaires. Encore une fois, pas d'exclusivité sexuelle dans la balance, mais des relations suffisamment construites dans la durée pour qu'il y ait un devoir de loyauté et d'honnêteté entre nous. Tout comme je suis très fidèle à certains de mes amis très proches avec qui je ne couche pas. 



Fidèle, foi, croire. Ce sont des mots que j'associe d'ordinaire à la religion. À tort, je me rends compte, et l'écriture de ce post m'a donné envie de me les réapproprier vraiment et de jouer avec, justement pour montrer que la religion n'a pas sa place dans un couple. Pour l'anecdote, voici le truc le plus cocasse qui m'a été dit par mon partenaire au moment où mon couple s'est ouvert justement : "Je n'ai jamais vu autant de morale chrétienne chez une athée." Ce qui veut dire qu'un paquet de valeurs (respect, bienveillance, tolérance...) n'ont pas besoin des religions pour se développer chez les gens. Une bonne éducation et la transmission de valeurs humanistes suffisent. 
Lire la suite

Chanson du geôlier

Où vas-tu beau geôlier
Avec cette clé tachée de sang
Je vais délivrer celle que j'aime
S'il en est encore temps
Et que j'ai enfermée
Tendrement cruellement
Au plus secret de mon désir
Au plus profond de mon tourment
Dans les mensonges de l'avenir
Dans les bêtises des serments
Je veux la délivrer
Je veux qu'elle soit libre
Et même de m'oublier
Et même de s'en aller
Et même de revenir
Et encore de m'aimer
Ou d'en aimer un autre
Si un autre lui plaît
Et si je reste seul
Et elle en allée
Je garderai seulement
Je garderai toujours
Dans mes deux mains en creux
Jusqu'à la fin de mes jours
La douceur de ses seins modelés par l'amour

Jacques Prévert
Lire la suite

Coupure d'eau

Extrait de À la claire fontaine, m’en allant promener – Le dessin de Cy.(prine)
Extrait de À la claire fontaine, m’en allant promener – Le dessin de Cy.(prine)
Publié sur Madmoizelle le 7 mai 2016

Le squirting libère les femmes ; Le mystère de la femme fontaine ; Comment devenir une femme fontaine ; Qu'est-ce qu'une femme fontaine ? ; Femme fontaine : "Lié à un plaisir intense" pour elle, "assez excitant" pour lui ; Je suis une femme fontaine ; Femmes fontaines : qui sont-elles ? ; Comment faire éjaculer une femme, les explications en vidéo ; Comment devenir femme fontaine ? La technique qui marche vraiment ! ; 8 questions taboues sur l'éjaculation féminine ; Éjaculation féminine : l'éjaculation une affaire de femme ? ; Trois idées reçues (fausses) sur l'éjaculation féminine ; Qu'est-ce que l'éjaculation féminine ? ; C'est quoi l'éjaculation féminine ?

Je vous rassure, je ne couvre que les six derniers mois de manière superficielle avec Google en français et j'ai écarté tous les liens vers les sites pornos, surtout qu'il en existe des dédiés à la pratique (forcément).

La sexualité est loin d'être un domaine à l'abri des phénomènes de mode et des injonctions. Dans l'absolu, aucune des pratiques suivantes n'est nouvelle, mais périodiquement l'une d'elles se retrouve sous les feux des projecteurs. Maintenant que la fellation (toute nana est censée aimer la pratiquer de nos jours) et la sodomie (parce qu'il faut libérer le cul aussi, mais surtout celui des femmes) sont intégrées par tout le monde, il est temps de passer à la femme fontaine, summum de la jouissance pour la femme, à ce qu'on dit. Car il est toujours de bon ton d'établir une graduation dans le plaisir sexuel...

Plus que tout, j'adore ces soi-disant notices "infaillibles" qui permettent de mettre dans le mille à tous les coups avec toutes les nanas. Comme si toutes les femmes étaient câblées pareil... Je vois pourtant une très bonne raison pour laquelle aucune de ces méthodes ne peut fonctionner chez moi, et je dois être loin d'être la seule "câblée" comme ça. Comme souvent, il découle de tout ça une forme de défi à relever pour les soi-disant experts en la matière (les fameux "sourciers") face à une anatomie récalcitrante et un esprit mis sous pression à force de croiser des articles sur le sujet et des promesses de jouissance extraordinairement génialissime, esprit qui va avoir beaucoup de mal à lâcher prise.

J'ai depuis un moment arrêté de lire des articles sur l'éjaculation féminine, les méthodes et compagnie. Déjà parce que ça ne fait qu'entraîner un brin de frustration et de jalousie (quand ça veut pas, ça veut pas, malgré toute la bonne volonté du monde). Je l'ai dit ici même, le phénomène exerce chez moi une sorte de fascination et me fait rêver. Ensuite parce qu'on tourne très vite en rond. Tout ce qu'on sait, c'est qu'on ne sait pas grand chose, comme souvent avec la sexualité féminine. Un jour, il s'agit d'urine diluée, un autre, non. Un jour, c'est à la portée de toutes, un autre, non. Il y a malgré tout des tentatives de recherches comme le montre cet article, mais ça reste éminemment timide et frustrant.

Les deux "nouveautés" que j'ai pu lire dernièrement sont les suivantes :
- Il faudrait commencer par bien faire la différence entre éjaculation féminine et squirt, ce qui va être compliqué, car l'un est la traduction de l'autre dans le langage courant. Comme le montre la petite BD plus bas d'ailleurs.
- Ce n'est pas sans risque, surtout quand on force les choses.


La Fabrique pornographique de Lisa Mandel et Mahieu Trachman. Edition Casterman La Fabrique pornographique de Lisa Mandel et Mahieu Trachman. Edition Casterman
Extrait de La Fabrique pornographique de Lisa Mandel et Mahieu Trachman. Édition Casterman.
Lire la suite

Florilège 7


Homme seul : Bonjour
Lorsque les traditions sont sympathiques, il faut les faire perdurer
Pour ce 1 mai, je vous ai spécialement fait une galerie.
Bises
Moi : Bonjour,
par curiosité, à combien de profils féminins avez-vous envoyé ce message ? Je serais aussi curieuse de connaître le taux de retour ce soir (ie le nombre de personnes contactées qui auront effectivement été voir).
Joyeux muguet !
Homme seul : lol ho une amatrice de statistiques !


Homme seul : Coucou comment tu vas? Très joli profil... Moi c'est X Enchanté
Moi : Bonsoir,
je vais bien, merci. Par contre, je ne rencontre pas actuellement.
Bonne continuation à toi !
Homme seul : Aucune chance? car j'ai vraiment craquer sur ton profil
Moi : Aucune, non. Ton âge t'aurait disqualifié de toute façon.
Homme seul : Je comprend je n'ai pas de chance alors
Moi : Faut gratter plus.
Homme seul : c'est a dire? lol
Moi : Une chance au grattage, une chance au tirage.
...
Pardon, c'était plus fort que moi...


Homme seul : si vous saviez belle comme vous etes 500"bises"pour prendre un pot ou vous voulez
Moi : Bonsoir,
je ne rencontre pas actuellement.
Bonne continuation à vous !
Homme seul : dommage 600 bises pour prendre un pot à [nom d'une grande ville pas loin]
Moi : Mes fesses ne sont pas mises aux enchères.
Homme seul : je désire juste voir j aime la compagnie de belles femmes sexy
Moi : Mes fesses ne sont pas en pay per view non plus.
Homme seul : mais ce n'est pas juste vos fesses c'est vous
de vous je ferais une reine
Moi : Ça ne fait pas partie de mon plan de carrière.
Homme seul : et votre plan ???
Moi : Je vais demander conseil à Euclide, ne bougez pas...
Lire la suite