Gamiani ou deux nuits d’excès d'Alfred de Musset



Chantez, chantez encore, rêveurs mélancoliques,
Vos doucereux amours et vos beautés mystiques
Qui baissent les deux yeux.
Des paroles du cœur vantez-vous la puissance,
Et la virginité des robes d’innocence,
Et les premiers aveux.

Ce qu’il me faut à moi, c’est la brutale orgie,
La brune courtisane à la lèvre rougie
Qui se pâme et se tord ;
Qui s’enlace à vos bras dans sa fougueuse ivresse,
Qui laisse ses cheveux se dérouler en tresse,
Vous étreint et vous mord !

C’est une femme ardente autant qu’une Espagnole,
Dont les transports d’amour rendent la tête folle
Et font craquer le lit ;
C’est une passion forte comme une fièvre,
Une lèvre de feu qui s’attache à ma lèvre
Pendant toute une nuit.

C’est une cuisse blanche à la mienne enlacée,
Une lèvre de feu d’où jaillit la pensée ;
Ce sont surtout deux seins.
Fruits d’amour arrondis par une main divine,
Qui tous deux à la fois vibrent sur la poitrine
Qu’on prend à pleines mains !

Eh bien ! venez encore vanter vos pucelles
Avec leurs regards froids, avec leurs tailles frêles,
Frêles comme un roseau ;
Qui n’osent d’un seul doigt, vous toucher, ni rien dire,
Qui n’osent regarder et craignant de sourire
Ne boivent que de l’eau !

Non ! vous ne valez pas, ô tendres jeunes filles,
Au teint frais et si pur caché sous la mantille
Et dans le blanc satin,
Les femmes du grand ton. En tout, tant que vous êtes,
Non ! vous ne valez pas, ô mes femmes honnêtes
Un amour de catin !


Extrait de la préface de Gamiani ou deux nuits d’excès d'Alfred de Musset.
Lire la suite

Florilège #12

Lui : Jours comment tu allais ? Je vous trouve vraiment très jolie et j'aimerais échanger des messages avec vous et ta montre connectée
Moi : Bonjour, ça va être difficile, je n'ai pas de montre connectée.


Lui : Mes regles sont qu'il faut faire ce que l'on veut par son propre plaisir.alors si ton envie est de discuter et rien ..rare mais j accepte mes propres regles
Moi : Hé, ça tombe bien, moi aussi j'ai mes règles !
Lire la suite

Lu ailleurs #19


  • D'homosexuel à hétérosexuelle : ce qu'une transition change en matière de sexe (sur Vice) : La solution la plus efficace pour comprendre ce que vit l'autre, c'est finalement de changer de sexe.
  • Un shooting d'Aneta Bartos, des hommes qui se font plaisir juste pour le plaisir des yeux.
  • Porno : Délivre-nous du mal ? (sur Libération) : une nuance très intéressante entre libération et délivrance.
    Nous ne voulons pas être libérés, mais… délivrés
    Arrivé à ce stade, Miller émet une distinction géniale entre deux mots : libération et délivrance. Ce n’est pas la même chose, dit-il. « L’homme ordinaire ne veut pas être libéré […] N’ayant pas la foi, il ne peut jamais commencer à savoir la signification de l’amour. Il cherche la délivrance, non la libération, ce qui revient à dire qu’il préfère la mort à la vie. » Cherchant la délivrance, l’homme ordinaire se rue dans ces divertissements qu’on appelle la guerre, le tourisme ou la consommation. Il s’offre des frissons à doses homéopathiques. Un peu de mort, pour apprivoiser ses craintes. Un peu de sexe, pour s’oublier. Un peu de plaisir. Dans le contexte de la modernité occidentale, l’homme ordinaire souffre d’avoir à porter le fardeau de son Moi et les divertissements lui servent à tuer temporairement ce Moi, auquel malgré tout il tient. Alors il cherche non pas à s’en libérer, mais à s’en délivrer et c’est ici que Henry Miller donne l’estocade : dénonçant « les fondrières du complexe sadistico-masochiste qui s’est fixé comme un cancer au cœur de notre vue civilisée », il en appelle au dépassement de l’obscénité. Se repaître d’obscénité, dit-il, c’est toujours en rester au stade du cocon. Il faut sortir !
  • N’ayez pas peur de l’orgasme solitaire (sur Slate) : les parallèles sont amusants. 
  • Le XXe siècle a vu l’épanouissement d’une sexualité de type communiste. Tout aussi contraignante, la sexualité communiste exige une égalité parfaite, donc une jouissance simultanée. C’est la sexualité des jeunes couples amoureux, la dictature de l’orgasme mythique, les yeux dans les yeux. (Et comme l’idéal communiste, ça n’existe pas.)
  • Femme actuelle (sur Arte Radio) : Très joli auto-portrait par une nana qui n'a pas la langue dans sa poche et qui est rigolote comme tout. Pour avoir écrit un poème sur la peau des couilles d'un amant, je crois pouvoir dire que nous avons quelques points communs, elle et moi. 
    Zoé, 30 ans, aime parler de sexe et le pratiquer. Elle enchaîne les histoires de cul en tous genres, avec des garçons et plus rarement des filles. De ses émois enfantins à ses plannings de baise, elle fait de ses désirs un terrain de jeu et d’exploration. 
  • Le clitoris, clé du plaisir féminin (sur Le Monde) : Le sujet de la rentrée.
    Beaucoup de raisons pourraient expliquer notre aveuglement. J’en citerai trois essentielles. Tout d’abord, nous sommes horriblement paresseux, et/ou nous estimons que la sexualité est un faux sujet (tiens donc). Ensuite, l’efficacité du clitoris rend la pénétration dispensable : notre idéal de fusion sexuelle s’écroule… en entraînant au passage notre idéal de fusion amoureuse (aïe). Enfin, nous refusons de parler du clitoris parce qu'il faudrait alors redéfinir la place du pénis dans l’orgasme – et peut-être au passage, la place des hommes. Combien de temps pourrons-nous refuser d’avoir cette conversation ? C’est peut-être là que se trouve le plus grand des mystères.
Lire la suite

Outrage de Maryssa Rachel



Présentation de l'éditeur : Rose est une femme libre, indépendante, torturée, traumatisée, elle s’est construit une carapace de survie.
Elle fuit l’amour par peur de l’attachement. Elle est perverse, passionnée, cyclique, addict au sexe et à l’alcool mondain. Mais ce soir-là, dans un bar, elle tombe amoureuse d’un être qui lui ressemble, peut-être un peu trop. Tout en lui la repousse et pourtant… Lui, c’est Alex, un artiste paumé, un je-m’en-foutiste tout aussi névrosé qu’elle.
Rose va vivre cette passion destructrice où Alex la guide, la commande, la déconstruit, la fabrique, la façonne… Rose n’écoute pas la bête qui rugit en elle et qui lui dit "fuis". Son corps, son sexe deviennent chaque jour plus douloureux, mais elle tient, par amour pour cet homme qui la dévore chaque jour un peu plus…
Puis vient la douleur du déchirement. Alors, elle va essayer de noyer ses maux dans la seule addiction qui lui permet d’échapper à la douleur : le sexe.


J’ai démembré la poupée, je l’ai déconstruite, violée, vidée, carambolée, martyrisée, secouée, puis je l’ai réparée et humanisée.
Voilà, tout est résumé dans les premières lignes du livre. L'auteur avait une poupée dont elle avait fait la présentation dans Décousue et, sur un coup de tête, comme une enfant, elle a décidé d'arracher la tête de sa Barbie puis de lui renfoncer sur le cou jusqu'aux épaules, de lui raser les cheveux, de lui mordiller les mains, de couper ses orteils et de brûler ses pieds, d'utiliser du dissolvant pour effacer ses yeux. Bref, elle voulait voir jusqu'où elle pourrait la meurtrir au plus profond de son être sans la tuer. Le portrait à peu près cohérent de la Rose libertine de Décousue vole en éclats ; c'est la chute. C'est surtout une première partie de plus de 300 pages pénibles à devoir supporter la voix de Rose qui tourne en boucle sur son histoire avec l'amour de sa vie qui se trouve aussi être un pervers narcissique manipulateur malheureusement très crédible. Ça sent le vécu en tout cas. Les bonnes copines lucides de Rose résument la situation en deux pages, le lecteur doit en lire 323 ! J'en avais déjà marre au bout de quinze pages d'élisions de négation qui ne ressemblent à rien : Non, je n'me tairai plus, je n'veux plus mentir, je veux être vrai. Au bout de cinquante pages, je me suis effectivement demandé si j'allais survivre à Outrage, mais pas forcément pour la raison attendue. Stylistiquement parlant, c'est très pénible à lire et long, vraiment trop long. Je n’écris pas avec la tête, mais avec mon ventre et mes viscères, dixit l'auteur dans le préambule. J'ai donc survolé le texte avec mes yeux, car ça m'a collé un sacré mal de tête.

Puis, il y a tous ces cris, toute cette colère ; ça fatigue vite. Rose a toujours la critique facile, ce qui était déjà très désagréable dans Décousue. Elle croit tout connaître de l'âme humaine et avoir tout compris de la vie et de l'amour. Elle n'a pas encore appris à lâcher prise sur le monde et à vivre sa petite vie dans son coin sans conchier sans cesse les autres. Et surtout elle a arrêté de faire confiance à sa bête (l'instinct, le feeling, le sixième sens, ce petit quelque chose inconscient qui allume des lumières rouges à l'arrière du crâne s'il y a danger), alors que c'est quelque chose que l'on doit justement apprendre à écouter dans les milieux libertin et BDSM et la vie en général. Ça peut sauver un chaton. Rose semblait être une joueuse expérimentée, mais saute pourtant à pieds joints dans une spirale d'autodestruction. Elle croit qu'elle avance, mais elle stagne, elle tourne en rond autour de son mal-être. Rose n'est vraiment pas un beau personnage pour qui on peut éprouver de la compassion, voire de la pitié, et ça n'aide pas l'histoire. Le sort de Rose m'a indifférée. Il ne restait donc que de la lassitude et de l'ennui.

La deuxième partie qui, d'après les critiques que j'ai lues, était censée poser problème à cause du contenu outrageant est au contraire plutôt reposante. Rose conchie toujours autant les autres et devient agressive dans une vaine tentative de reprendre la main sur sa vie, mais au moins le rythme n'est plus imposé par les séparations et les rabibochages de son couple morbide. Il s'agit juste d'une longue succession de scènes de cul sans grand intérêt et sans surprises, pas excitantes et très répétitives ; je soupçonne l'auteur d'avoir très volontairement voulu choquer le lecteur mais, là encore, ça dépend vraiment des cercles que l'on fréquente. Your kink is not my kink, etc. N'étant pas particulièrement hygrophile, je me suis aussi assez vite lassée de ces femmes fontaines qui jouissent dès qu'on les frôle. Il y a des limites à l'irréalisme. Il s'agit juste, dans cette partie, de finir d'envoyer Rose au fond, puisqu'une fois au fond, on ne peut que remonter ou en finir une bonne fois pour toutes. Ce qui permet d'apporter une conclusion satisfaisante à Décousue et Outrage. Il était grand temps.

Ce qui est désagréable et dommageable par-dessus tout avec ce livre, c'est toute la polémique qui a entouré sa sortie. Il ne s'agit que d'une vaste campagne de communication savamment orchestrée par l'éditeur avant même la mise en rayon et nombre de gens sont tombés dans le panneau et ont fait une publicité d'enfer à un livre qui serait passé inaperçu sinon. Il ne fallait surtout pas crier à la censure, c'était de l'eau au moulin d'une auteur qui a pu se poser dès lors en victime. Ah ces mal-baisés, ces petites natures, ces ignorants, ces prudes... tous des cons (surtout des connes bouffeuses de romances mielleuses d'ailleurs) qui n'ont rien compris à la réalité de la vie. Du Rose tout craché. Ça a entretenu une belle tension entre les deux camps pendant quelques jours. Les réseaux sociaux ont été instrumentalisés une fois de plus, l'émotionnel prenant le pas sur la réflexion. Beaucoup en sont restés là et ont dénoncé le livre sans l'avoir lu ou en se basant sur un ou deux extraits sortis du contexte (dont une scène d'inceste et des rumeurs d'une scène zoophile qu'il ne me semble pas avoir vue retranscrite en ligne au final), certains ont lu et ont aimé, parfois juste par principe, certains ont lu et ont été choqués et d'autres encore ont lu et n'ont pas été vraiment bouleversés. Comme moi. Déjà : hello, les Inrocks ont publié un article complet sur la zoophilie dans le numéro sexe de l'été 2017, vous avez vu quelqu'un crier au scandale, vous ? Non. Ben voilà. Hello 2 : Tabou et La Musardine regorgent d'ouvrages tendancieux de ce type et on ne crie ni à la censure ni au scandale tout simplement parce que ces livres savent trouver leur public et que le public sait à quoi s'attendre avec ces deux éditeurs. Et tout se passe bien. Ensuite, si vous cherchez une belle écriture qui prend aux tripes et un magnifique portrait de femme à la dérive, avec moins de femmes fontaines et plus de psychologie, je vais plutôt vous conseiller Dans le jardin de l'ogre de Leila Slimani. Je vais me répéter aussi, mais Nymphomaniac de Lars Von Trier vaut mille fois ce livre. Et sinon, il vous restera toujours Esparbec.


Je vais me permettre de poster un chapitre quasi complet, le seul que j'ai trouvé vraiment bien fichu et qui m'a fait soulever un sourcil. Pour les âmes sensibles, il s'agit d'une scène de flagellation assez intense. Vaut mieux prévenir que guérir.

R

[...]
Au loin, il y a un homme de soixante ans qui s’approche de nous. Plus petit que moi, mais imposant. Il a un fouet dans la main. Mon corps frémit. Il y a tellement longtemps que je n’ai pas ressenti la douleur qui libère. Je reste donc là, immobile, l’appareil photo pendu autour de mon cou. Je regarde l’homme, je lui souris. L’homme me dit « je vous connais jeune fille ».
– Peut-être, lui répondis-je timidement.
– Si, je vous connais, nous nous sommes rencontrés lors de vos expos, c’était à Paris il y a trois ou quatre ans, je crois…
– Peut-être…
L’homme ressemble étrangement à H. Puis nous discutons, l’homme et moi. Je pose les questions, les questions sur sa pratique, sur son expérience, il parle technique, il parle pratique. Il pourrait me donner la douleur qui libère. L’homme fait partie de l’univers décadent depuis plus de quarante ans. L’homme a l’expérience des sens. J’ai besoin de ressentir la bascule, de partir dans la bulle qui fait oublier les problèmes de vie, d’existence et de ressenti. Je dis « R, mon corps et ma tête réclament les coups ». R sourit… il me prend la main. Il me dirige au centre d’une petite alcôve. Il y a des gens qui nous ont suivis, des gens qui s’installent contre le mur, en spectateurs. R me dit « ne bouge pas, tu vas être l’attraction de la soirée ». Je frissonne. R me dit « déshabille-toi ». R est le docteur et je suis la patiente malade.
Je reste nue, immobile, les mains posées sur le poteau, le corps prêt à recevoir.
J’entends le bruit du martinet, le bruit des lanières de cuir, le bruit du ventilateur manuel. Frissons. R commence à chauffer mon dos ; il chauffe mon dos en fouettant ma peau avec les lanières de cuir des martinets. Moulinets. Je prends, je reçois. Je me souviens des mots d’Alex « tu n’es pas résistante, on m’a menti sur le produit fini ». Je serre les dents, « promenons-nous dans les bois »… Je commence à jouir des brûlures. Je reçois encore. Je ne sens plus les lanières de cuir sur mon dos, je ne sens plus la douleur, je ne sens que du plaisir. R tape plus fort encore. Les coups résonnent dans ma tête et de ma chatte s’échappent des jets de jouissance.
Puis R s’approche de moi, caresse mon dos, me dit « les gens te regardent, tu es résistante, on va passer aux choses sérieuses. T’es prête ? » Je lui susurre un « oui » reconnaissant.
Il y a le bruit du sifflement, j’ai reconnu le serpent qui danse dans les airs. J’ai reconnu l’animal que j’aime autant que je hais. Premier coup sur mon corps, petite déchirure de peau ; je commence à chanter la comptine pour enfant, la clef de ma bascule. Je chante la comptine et le serpent mord ma chair. Je sens le liquide de jouissance couler entre mes jambes. R, souvent, vient me caresser le dos. Il ne touche jamais mon intimité, il ne s’occupe pas de mon plaisir orgasmique par le sexe, il s’occupe de mon plaisir orgasmique par la libération d’hormones.
Je laisse R gérer, car j’ai confiance en lui, car mon corps l’accueille, car mon cerveau se met en pause.
Il continue de me lacérer le dos, et j’ondule comme un animal sauvage, comme l’étalon épuisé à force de s’être trop fait monter. J’ondule et le serpent me mord, encore et encore. Claquement. Déchirure de ma chair, je sens le sang et les gouttes de transpiration perler le long de mes échines. Je ne défaille pas. Je laisse le serpent se nourrir. Et je me vide peu à peu, je me vide de mes douleurs accumulées. Je ne pleure pas. J’encaisse. Un nouveau coup, une nouvelle déchirure, je frissonne. Je chante encore la comptine pour enfant. Je sens les regards sur moi. R revient vers moi, il me caresse une fois de plus le dos. Il me dit « je suis fière de toi ». Il me donne des coups de plus en plus fort. Jusqu’au moment où mon corps cède, mes jambes m’abandonnent, je me retrouve à terre. R, doucement, dit « relève toi… ». Je lève le bras et baisse la tête. Il me dit « relève-toi, tu peux encore supporter ». Alors je me relève. Je sais qu’il a raison. R me pousse au-delà de mes limites, il me pousse comme H me poussait. Je me remets en position. Je me remets les bras posés sur le poteau, nue, offerte aux regards des gens qui ressentent l’émotion palpable de l’envolée des maux.
R dit « je vais te donner encore cinq coups que tu vas compter avec moi » ; je ne veux pas que ça se termine, je voudrais rester là encore, les mains posées sur le poteau. « 1 », je bascule la tête en arrière. « 2 », coup encore plus violent, mon corps commence à faiblir. « 3 ». « 4 ». « 5 », déchirure, plaie ouverte, je tombe à terre la main levée. Je ne pleure pas. Je me relève. Je me mets près du poteau, prête à encaisser de nouveaux coups qui me donneraient la libération, la bascule. R vient vers moi, il me dit « c’est terminé ». Je lui dis « non, donne-m’en encore. Frappe-moi jusqu’à ce que je pleure ».
Il me dit « prends tes vêtements, viens avec moi, tes larmes vont arriver, fais-moi confiance ».
Je reste près du poteau. Je lui dis « recommence ». Il prend mes mains, les baisse. Il prend mes vêtements posés sur le sol, il me prend le bras, il me dit « viens, tes larmes vont arriver ».
Je me pose sur le banc, je me pose et commence par enfiler mes bas. R est debout devant moi. Il me dit « t’encaisses bien, gamine, tu m’as rendu fier ». Une larme commence à couler. J’enfile mon deuxième bas. R me dit « personne n’a le droit de dire que tu n’es rien, personne n’a le droit de dire que tu es un produit avec un vice de forme ». Deuxième larme. Je prends mon porte-jarretelles, je l’attache à la taille. R dit « t’es pas une soumise en fait, tu fais partie de celles qui ont besoin de ressentir le mal pour être bien ». Je défaille, mon corps ne répond plus et s’affaisse complètement. J’éclate en sanglots. Je me mets aux pieds de celui qui m’a donné la douleur qui libère. Je pleure et je le regarde en lui disant mille mercis. Il caresse ma tête… Il me dit « je t’avais dit que ça viendrait… parfois, faut pas s’attendre à ce que ça te tombe dessus facilement… parfois ça arrive par surprise ».
Je porte les traces sur mon dos, les traces de mes douleurs, de mes maux, de la déchirure de mon âme. J’exhibe fièrement les traces qui signifient que je suis en vie, qui signifient que je suis forte. Les traces qui montrent ma puissance mentale.
Les stries de vie sont ancrées dans mes chairs. J’exhibe le tableau vivant, j’exhibe la toile de maître R.
Il n’a pas besoin de pinceau, il a juste besoin de lanières de cuir, juste besoin de dresser sur ma peau le serpent qui danse dans les airs.
Je suis de celles qui ont besoin de ressentir par le corps la douleur pour libérer les maux de leur subconscient.
Je suis de celles qui se servent de la douleur comme d’un médicament. Je vois la vie de plus en plus sombre.
J’erre dans un long couloir sans fin. Un long couloir enfumé, je cherche la sortie pour pouvoir respirer. Je manque d’air, je suffoque. J’avance encore, je ne m’arrêterai pas. Je ne sais pas où me mène le long couloir sombre enfumé.
Puis je repense à mes marques. Au début à vif, rouges, boursouflées. Je passe les doigts sur les stries dessinées sur ma peau blafarde. C’est beau. Le serpent m’a mordue plusieurs fois, il m’a laissé le venin de la vie. Dans les jours à venir, je pourrai observer le changement, l’évolution des couleurs.
La peau transforme et modifie les formes qui cicatrisent ; modifie les traces laissées par la morsure du serpent.
La cicatrisation sera un peu plus longue que prévu. Jaune, bleu, violet, noir…

Lire la suite

Décousue de Maryssa Rachel



Présentation de l'éditeur : À la manière d’un journal intime, Maryssa Rachel nous emmène à travers les chemins sinueux du libertinage, révélant ainsi toute la complexité de l’être humain et de ses désirs les plus profonds. Déroutant ou dérangeant, ses mots tantôt doux tantôt acerbes continueront de provoquer ou simplement d’exister, sans même se retourner, sous le regard conformiste d’une société en plein questionnement. Avec Décousue, la collection Indécence de L’ivre-Book vous ouvre ses portes. Réservé à un public averti et majeur.



"Déroutant ou dérangeant". En l'occurrence, ce ne fut ni l'un ni l'autre. Sans doute parce qu'il n'y a rien de si étonnant dans le parcours de Rose, l'héroïne de Décousue, à partir du moment où l'on évolue vaguement dans les mêmes eaux et que l'on prend le temps d'observer et de discuter. Nos façons de pratiquer le libertinage se recoupent par moments, divergent fortement à d'autres. Une chose est sûre : nos motivations ne sont pas les mêmes et nous n'en faisons donc pas la même chose. Même si le processus d'identification n'est pas nécessaire mais reste toujours tentant, Rose représente une image assez crédible d'un libertinage où le sexe est pulsionnel, parfois peu réfléchi mais pas mal vécu, et un peu trop souvent sous influence des sempiternelles bubulles. Rose veut, Rose prend. Rose expérimente, Rose assume, Rose sait ce qu'elle veut, sauf quand elle ne sait plus, Rose a tellement cédé aux tentations qu'elle finit par rencontrer l'ennui. Rose fuit vers l'avant pour rester en mouvement constant. Rose perd pied parfois. D'où le titre. 

Il est assez délicat de faire la part des choses entre le discours revendicatif de l'auteur qui transparait de manière évidente entre les mots de Rose, les expériences propres de l'auteur retranscrites ici et la fiction pure. Ça crée un tout où il est parfois difficile de dissocier l'auteur de sa créature. Il est évident que Maryssa Rachel essaye de faire passer des messages de l'ordre du sexpowerment qui, forcément, font écho chez moi. Mais en parallèle, il y a une forme de rejet violent de ce féministe pro-sexe qui est juste qualifié de phénomène de mode. C'est dommage. D'autant plus que les mots de Rose s'accompagnent volontiers d'un jugement acerbe des autres femmes, de ses amis, de la société. Ce qui, en fin de compte, la rend assez peu sympathique et pénalise le message vantant les bienfaits de l'extraction du carcan. On est bien loin du sexe jubilatoire d'Eve de Candaulie qui n'est pas en reste quand il s'agit de pratiques extrêmes, de quête de jouissance et de flutes de champagne. On est loin de sa plume aussi. Et, à l'opposé, ce n'est pas non plus Joe de Nymphomaniac dont le parcours m'avait vraiment beaucoup touchée. Dans Décousue, je n'ai jamais été surprise, secouée, excitée, j'ai fini par trop remarquer les problèmes de correction, notamment de ponctuation, et j'ai survolé certains passages sans grand intérêt stylistique ou "philosophique".  

Maryssa Rachel plante un décor, car il est d'ores et déjà évident qu'Outrage (la suite) va venir s'appuyer sur le portrait dépeint ici. Les bases de la créature sont posées, l'auteur peut maintenant en faire ce qu'elle veut, même si, finalement, tout aurait pu s'arrêter avec Décousue. À suivre donc. Sans beaucoup d'enthousiasme.



Note
: Comme quoi, il n'est pas si difficile pour un éditeur de rajouter une mention ; "Réservé à un public averti et majeur." Ça évite les polémiques stériles qui n'ont pas d'autres objectifs que de créer un buzz autour d'une sortie. Notez que ça a marché vu que je ne connaissais pas Maryssa Rachel avant, mais, pour l'instant, ça ne bouleverse pas vraiment ma vie.
Lire la suite