Les Trois talents 2 : Le Gardien des secrets d'Emma Cavalier


Avis sur le tome 1.

Il parait que dans le tome 1 Élisabeth avait un comportement autodestructeur. Ça n'en avait pas du tout l'air. De mon point de vue, il s'agissait simplement d'une jeune femme qui explorait librement ses fantasmes, y compris ceux qu'elle ne se connaissait pas. Dans le tome 2, Élisabeth donne dans l'autoflagellation. Et celle-ci est, cette fois, indéniable. Entre tout ce qu'elle regrette d'avoir fait et tout ce qu'elle croit héréditaire et dont elle ne sait quoi faire, on est à la limite de l'auto lavage de cerveau qui fait mal au cœur du lecteur. On ne peut alors souhaiter qu'une chose, c'est qu'elle reprenne pied, et vite. Bien sûr, les choses ne seront pas si simples sinon il n'y aurait pas de rebondissements.

De l'autre côté de l'Atlantique, Lex se reconstruit à sa manière dans un microcosme arty/BDSM. C'est lui qui occupe le devant de la scène cette fois, ou en tout cas les trois quarts de la scène. 

Ce qui a fait le charme du tome 1 n'est plus présent dans la première partie du livre. L'écriture est pourtant la même, la construction et l'évolution psychologiques des personnages restent cohérentes, mais d'un coup, le charme a été rompu. D'un coup, je me retrouve, comme souvent, hors du cœur de cible de l'ouvrage et le grand écart est trop large pour que j'arrive à prendre le moindre plaisir à ma lecture. Les personnages ne me font pas rêver ni fantasmer, ils ne m'intriguent guère plus, car il y a une certaine logique dans l'ensemble qui permet de prévoir les grandes lignes. Le fameux Dominique ne fait rien vibrer, pas plus que les cercles fréquentés par Lex à New York. Tout ça a malheureusement provoqué un profond ennui qui m'ennuie un peu, car ce n'est pas un mauvais livre en soi, c'est juste que je n'y trouve plus ma came. 

Pour rappel, l'ouvrage est publié dans le rayon New Romance, un segment de la littérature romantique qui cible les jeunes adultes de 18 à 25 ans et qui mêle histoires d'amour naissantes et érotisme torride. Je suis un peu trop loin des premiers émois pour que les grosses ficelles fonctionnent et d'ailleurs, je n'avais pas vraiment prêté attention à l'histoire d'amour dans le tome 1. Malgré tout, le livre est particulièrement bien calibré et je lui reconnais, comme pour la tome 1, la qualité du réalisme. Avec moi, ça ne marche pas, mais j'imagine que nombre de jeunes femmes et autres grandes romantiques vont être émoustillées par cette histoire qui semble les faire sortir un peu de leur zone de confort sans pour autant trop les brusquer. Je ne me rends pas compte de l'impact, mais je trouve très bien que ce soit fait avec une présentation positive du BDSM. C'est vraiment le grand atout de cette série.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire